Ce que l’Auto-compassion va changer dans votre vie

  • La semaine dernière j’ai fait un mini-stage de 2 jours sur l‘auto-compassion, dirigé par Steven Hickman (Ph.D), un psychologue américain et j’aimerais partager avec vous ce que j’en ai retenu. Si vous avez tendance comme moi à être assez exigeant avec vous-même, vous y trouverez peut-être des choses utiles pour votre quotidien :-)

    Sommes-nous réellement notre meilleur ami… ?

    Nous avons commencé par l’exercice suivant et j’ai été très surpris :

    Pensez à un très bon ami qui traverse une période délicate… Un ami que vous souhaitez vraiment aider.

    Comment le traiteriez-vous s’il était dans un moment difficile ? Quel serait votre attitude à ses côtés ? Quel serait votre ton de voix ? Les mots choisis ?

    Mon ton de voix était plutôt doux, assez câlin, mon énergie très présente pour lui amener de la sécurité et de l’amour. Je lui disais : « fais confiance, laisse faire les choses, ce qui t’arrive est un cadeau… » J’utilisais aussi l’humour pour lui changer les idées.

    Puis prêtez attention maintenant à la façon dont vous vous parlez lorsque cela va mal…. Lorsque vous n’êtes pas content de vous… que vous n’arrivez pas à ce que vous voulez…

    Je me suis « entendu » dans ma tête lorsque je suis négatif : un ton de voix très dur, très sec et méprisant. Hyper critique, très tranché, avec de l’impatience et une vision à très court terme. Une énergie presque violente de rejet.

    En fait, si une personne extérieure à nous-même disait à haute voix et en publique, avec le ton, les paroles que nous nous infligeons à nous-même, nous en serions choqué. En voici la preuve en vidéo. Il s’agit d’une pub pour les savons Dove très instructive, jugez vous-même :

    L’Auto-compassion est-elle compatible avec la Réussite ?

    Nous sommes souvent très dur avec nous-mêmes : nous en voulons plus, pensant que nous pouvons faire mieux, aller plus loin, être meilleur. C’est un peu la façon dont on a appris à aller de l’avant, notre société actuelle nous aidant à cultiver l’idée qu’il faut travailler dur pour réussir, souffrir pour gagner…

    De plus, si nous avons été élevé par des parents exigeants, nous avons appris à nous auto-critiquer avant même de recevoir des remarques de leur part : c’est une façon habile pour le petit enfant que nous étions de maintenir le lien avec nos parents et de s’assurer de leur amour.

    Du coup, lorsque l’on pense à l’auto-compassion, on se dit qu’elle est bien contraire à tout cela et que si on commence à la cultiver, alors on ne sera plus aussi performant, nous n’atteindrons pas nos rêves, nos objectifs, nous nous contenterons de moins que ce dont nous sommes capable… En tout cas c’est ce que je pensais.

    Je confondais en fait auto-compassion et auto-pitié ou auto-indulgence. Je vais vous expliquer la différence dans un instant. D’abord, sachez que des études ont démontré que les personnes ayant développé une grande capacité d’auto-compassion étaient justement les personnes réussissant le plus. Pourquoi ?

    Parce qu’elles savent justement s’adapter plus facilement aux échecs : elles ont moins peur des « mauvais » résultats et osent plus facilement se lancer dans l’action en sachant que quoi qu’il arrive, elles resteront bienveillantes envers elles-mêmes. Ces personnes ont donc plus d’énergie et de capacité à rebondir.

    Les personnes qui développent de la compassion pour elles-mêmes sont également moins sous l’emprise de l’anxiété, du stress, des ruminations et du perfectionnisme. Elles développent une meilleure qualité de vie, cultivant facilement la gratitude. Ces personnes prennent aussi mieux soin d’elles et sont en meilleure santé car elles ont développé un meilleur système immunitaire ainsi qu’une plus grande capacité de résilience.

    Etre compatissant envers vous-même ne veut pas dire vous apitoyer

    L’auto-compassion est bien différent de l’auto-pitié. Imaginez qu’une personne tombe dans un puit. L’auto-pitié serait de rester en haut du puit et de dire : « oh mon pauvre, comme ça doit être embêtant d’être là dedans tout seul… veux-tu que je t’envoie un sandwich et de l’eau ?

    À l’inverse, l’auto-compassion serait de descendre dans le puit avec la personne puis de l’aider à en sortir.

    Les vertus de votre Coeur

    La première chose très simple que j’ai gardé de ce stage et qui fait une vraie différence pour moi maintenant, c’est lorsque je ressens de la colère ou de la tristesse par exemple, je mets tout de suite une main (ou les 2) sur mon cœur. Il y a deux vertus à pratiquer ce simple geste :

    1. D’une part il est démontré de façon biochimique que le fait de mettre une main (ou les 2) sur votre cœur et de concentrer votre attention à cet endroit augmente votre taux d’ocytocine, une substance créée par notre cerveau et favorisant la tendresse, l’amour, le bonheur.

    2. D’autre part,  le fait de prend ce mini-temps avec sa main sur le coeur nous autorise à reconnaitre pleinement l’émotion qui est là. Le fait même de nommer cette émotion lui enlève déjà une partie de son intensité. Et c’est ici la première étape de l’auto-compassion : reconnaître que là, un moment donné, j’éprouve de la souffrance. Et que cette souffrance est commune à tous les êtres humains.

    Le terme de souffrance est très courant dans le Bouddhisme mais il me dérange un peu. Sa vibration ne me convient pas. Du coup, je l’ai remplacé par « inconfort ».

    Je suis en train de souffrir car le stress, la colère, la tristesse, le désarroi, etc… sont plutôt des moments désagréables, des moments d’inconfort. Et à l’aide de toutes mes techniques PNL et autres, j’ai souvent eu tendance à nier ce que je ressentais, c’est-à-dire à mettre tout de suite un voile dessus, en basculant rapidement sur le positif.

    Alors oui bien sûr, cela fonctionne. Mais depuis que je fais de la méditation, je réalise aussi que l’émotion est traitée beaucoup plus en profondeur lorsqu’on l’accueille et qu’on la vit pleinement, lorsqu’on descend dans le puit pour la rencontrer.

    En allant pleinement dans votre émotion inconfortable, vous ne faites plus qu’un avec elle. Et en même temps, votre main sur le coeur vous aide à être conscient de ce qui se passe et à contacter plus facilement l’observateur.

    C’est vrai, cela demande un peu de recul au départ d’avoir cette posture de l’observateur disant : « je suis en train de vivre de la colère », au lieu de plonger pleinement directement dans nos émotions et de réagir en mode automatique :

    « rah bordel il fait chier lui !!! » :-D

    Et en étant de plus en plus conscient de ce qui se passe en nous, c’est une habitude qui se développe. Et vous n’aurez pas besoin de masquer ce que vous ressentez en mettant des couches de positifs par dessus car vos émotions se dissoudront ensuite toutes seules, au lieu d’être simplement recouvertes par des pansements qui ne tiendront qu’un temps.

    Je réalise que cet article est déjà long et qu’il reste des choses à vous dire sur l’auto-compassion et sur la façon de la cultiver dans votre quotidien. Cela fera l’objet d’un autre article ! Je m’arrête ici pour aujourd’hui et au lieu de me critiquer en me disant que j’aurai pu tout écrire d’un coup, je suis compatissant avec moi-même et me félicite d’avoir déjà partagé tout cela avec vous ! :-)

     

     

    44 commentaires

    1. Helene

      Très intéressant, je me retrouve dans les fausses pubs de Dove.

      • Oui, nous sommes nombreux à nous y retrouver (même les hommes) !

      • Cultrut

        Impossible de lire la vidéo…
        L’article est vivifiant !
        Merci

    2. terlecki

      je viens de me trouver dans la situation d’inconfort et c’est la première fois où je viens d’utiliser ce conseil. Bénéfique, je suis descendue dans le puits, j’ai vu, j’ai compris, j’ai accepté. Une remonté sereine avec l’auto-compassion. Je me pardonne, je m’aime.
      Merci

      • Bravo pour cette belle prise de conscience et cette mise en pratique immédiate !
        On se sent mieux lorsqu’on s’aime n’est-ce pas ? :-)
        Magnifique journée,
        Grégory

        • blanchon

          oui je m’aime de plus en plus
          je pense que j’ai fait un gros travail sur moi depuis quelques années qui porte ses fruits

    3. Valérie

      vraiment très intéressant, en effet je me suis rendue compte grace aux fausses pub (cela a vraiment raisonné en moi) que je me critiquais et méprisais beaucoup ! donc l’autocompassion est un réflexe à mettre en place au quotidien ! Merci !

      • Avec plaisir Valérie,
        C’est très intéressant que tu aies eu cette prise de conscience !
        Maintenant, à chaque moment où tu te surprends à être dure avec toi-même, tu peux rectifier tes paroles intérieures et tes pensées :-)
        Belle journée !
        Grégory

    4. Bernard

      Bel article :-) Merci Gregory.

    5. Chiba

      Merci pour votre aide

    6. Youssef Belhadj

      Très intéressant vivement la suite

      • OK je vais y travailler pour écrire le reste :-)
        Merci de ta présence et de ton commentaire !
        Grégory

    7. Très enrichissant J’ai juste fais une pause d’une minute alors que je lisais ton article et j’ai mise mes mains sur mon coeur, c’est super apaisant surtout quand on a tendance à porter le monde sur son dos. Très bel exercice de lâcher prise et de communion intense avec soi.
      J’achète!!! Merci Grégory.

      • Avec plaisir Tatiana, ravi que tu achètes ! C’est amusant hein ?
        Moi aussi ça m’a vachement surpris les 1ères fois où j’ai réalisé à quel point le simple fait de mettre nos mains sur le coeur, juste ça, ça change beaucoup de choses dans notre relation à nous-même… :-)

    8. adil chraibi

      Merci pour ce superbe article très enrichissant
      on se rend compte à quel point on est « dur » avec soi !!
      et çà redonne du tonus

      Un coucou à mon ami Youssef Belhadj pour son partage

    9. dupuy-roudel

      Oui,c’est très intéressant.
      Se voir d’un coté positif est très important,malheureusement,souvent on fait le contraire.
      Presque dans toutes situation,il suffit de la tourner en positif.
      On s’aperçoit alors que cela peut être une belle expérience.
      Franck

    10. Nadia

      Bonjour,

      je suis tellement heureuse de tomber sur cet article. En fait j’essaie de démarrer un travail personnel avec la méthode Jack Canfield et d’autres et je cherchais à partager avec d’autres personnes sur le sujet.

      Je suis tombée sur votre site qui va bien au delà et cet article est un vrai cadeau pour la journée  »horrible » et où je culpabilisais de pleurer sur la catastrophe apprise du jours et là je me sens moins minable de pleurer sans réussir à tout positiver

      Merci beaucoup j’ai hâte d’en lire plus et de dévorer votre site
      Nadia

      • Bonjour Nadia,

        Bienvenue à vous ici alors ! Et merci d’avoir laissé un commentaire sympa.

        Vous trouverez plein de choses ici sur Jack Canfield et sur bien d’autres méthodes, profitez-en !

        C’est important de d’abord passer par votre phase « émotion » (pleurs, colère, …) . La VRAIE positive attitude ne peut arriver qu’après ! Sinon, on met un pansement sur une jambe de bois :-)

        Je vous souhaite de bonne lecture donc, à très bientôt !

        Bien amicalement,
        Grégory

    11. Marie GENESTE

      Très intéressant, je me rends compte que j’ai beaucoup de travail à faire et on se sent bien mieux déjà après avoir lu ton article. Merci beaucoup Grégory.

    12. elodie LODONOU

      tres bel article

    13. Véronique

      Bjr Grégory, j’adore ce prénom d’abord!!Ensuite, je me nourris de votre site et l’auto-compassion marche bien et vous me direz si je me trompe mais elle s’assimile au Pardon. Pardon qui se passe en nous. On fait ce qu’on peut et on le fait toujours avec Amour: c’est ma Philosophie, ça marche!!Merci de nous faire tout ça.Big Hugg!!

      • Merci Véronique :-)

        Quand j’étais petit je n’aimais pas trop mon prénom, je ne sais pas pourquoi car effectivement, aujourd’hui je le trouve très sympa à porter :-)

        Oui l’auto-compassion est totalement lié à notre capacité à porter un regard bienveillant sur nous-même et donc à pardonner, vous avez raison ! S’apprécier un peu plus chaque jour, voilà un beau chemin d’éveil :-)

        HUG !!

    14. Dominique Parizel-Smith

      Bonjour Grégory, moi aussi j’aime votre prénom, c’est celui que j’ai donné à mon fils. Je vais essayer la main sur le coeur, reconnaître ma colère avant qu’elle me mange au point de me sentir vraiment mal ensuite de l’avoir laissé exploser. Je pense qu’en effet maîtriser sa colère c’est se faire du bien et donc pratiquer l’auto-compassion. Très intéressant article, j’attends la suite avec impatience. Amitiés

      • Merci Dominique,

        Quel beau choix pour le prénom de votre fils alors ;-)

        Oui tenez-nous au courant s’agissant de l’auto-compassion pour calmer vos émotions avant qu’elles ne montent !

        Vivez une merveilleuse journée de douceur !

        Grégory

    15. Béatrice

      bonjour
      zut, le lien vers la pub Dove ne fonctionne pas !
      merci pour cet article très intéressant.
      bonne journée
      Béatrice

    16. Catherine

      Merci Grégory pour votre partage.
      J’utilise l’auto-empathie en CNV et cette idée de mettre la ou les deux mains sur le coeur m’aide à descendre plus vite.
      Merci encore

    17. BOURREAU

      Merci beaucoup Grégory pour cet article sur l’auto compassion. Vraiment à mettre en pratique. Je vais passer une superbe journée.
      Merci encore

    18. Guylaine

      Je n’ai pas réussi à voir la vidéo.
      Votre article est super intéressant cela va m’aider énormément!
      Vraiment MERCI beaucoup!

    19. Nathalie

      Bonsoir Grégory,
      Toujours faire mieux et aller plus loin, je connais :-) Par contre l’auto-compassion, je ne connaissais pas et je pense que cela va bien m »aider ! Car il m’arrive souvent de me râler dessus, et de me culpabiliser car je n’ai pas fait ci ou ça ou pas comme il faut…. Merci beaucoup pour ce partage et vivement la suite. :-)

      Nathalie

    20. TAMMARO CRESTNA

      Je m’aperçois que je n’ai pas eu souvent de l’auto-compassion durant ma vie et comme il n’est jamais trop tard je vais commencer dés aujourd’hui, et ce sera un geste à faire souvent
      Merci pour tout

    21. SIHAM

      merci pourl article je cherchai le mot pour dire a un mai que je quitte ma ville pour une autre pour plus de « compassion avc moi meme’. Oui c est vraiment celaa et merci. Pourla video, je ne suis pas arrivée a la visualiser

    22. Nathalie Canada

      Bonjour Grégory, Malheureusement je n’ai pu voir la vidéo de Dove et ce, même sur YouTube?? Ça indique :Vidéo privé… Merci pour ce partage sur l’auto-compassion. La semaine dernière, mon fils de 17 ans est venu me voir, me disant qu’il se sentait triste tout le temps et il m’ a expliqué pourquoi. Connaissant mon fils qui a un cœur d’or et tellement attentionné pour les autres, j’ai eu le réflexe de lui dire: si ton meilleur ami venait te raconter cela, qu’est-ce que tu lui dirais? En lisant ton article, je me suis dit que j’avais ça à l’intérieur de moi, je vais donc partager ton article à mon fils, car c’est tellement bien expliqué. Encore merci!

    23. Stéphane

      Merci infiniment Grégory pour cet article, qui comme à chaque fois me pousses à atteindre mes objectifs très ambitieux et qui parfois me font sombré dans la tristesse de l’échec mais je garde la tête haute grâce à des personnes proches compatissante et à vous aussi, encore mille fois merci

    24. Françoise

      Bonjour à tous ! Actuellement , j’effectue la formation sur l’abondance et j’en suis vraiment ra..vie..vie vie ; j’ai lu x commentaires sur votre prénom …Grégory…et pour ma part je vous appelle Cary Grant…c’est venu spontanément et cela me fait rire ! Merci à vous Grégory et à toutes ces personnes qui prennent soin d’elles …c’est super !!

    25. Bonjour Gregory,
      J’aimerais bien pouvoir voir la pub, mais sans succès. Toutefois, merci de partager ton article. Cela me donne davantage de cordes à mon arc. Je mets en pratique souvent les articles que tu publie. Est-ce que cela m’aide? Des fois oui, d’autres c’est en train de germer, mais cela me fait un grand bien et je vois déjà des petits changements dans mon quotidien. Bonne journée

    26. Benezeth Ruhamya

      Merci Gregory. C’est très intéressant. Pourquoi ne pas continuer? Benezeth

    27. Sylvie

      Merci Grégory pour ce sujet « tabou » et fort bien mis en lumière.
      Belle auto-compassion à tous..;
      Belle journée, Belle Lumière

    28. Alexandra Chantelauze

      Merci pour cet article très intéressant ,je fais une autre méthode de visualisation mais je reconnais celle ci tout aussi facile à reproduire merci

    29. Elodie

      Merci pour ce bel article.
      J’ai ressenti un petit soulagement immédiat en versant quelques larmes
      au moment de mettre mes mains sur mon coeur.Ce petit article m’aide dans ma séparation difficile et les coups bas de mon ex-conjoint.
      Je me sens plus en paix. Merci

    30. Eh oui, c’est tellement vrai. J’ai l’habitude de « mettre en place mon observateur intérieur » depuis ma formation en ennéagramme. C’est utile, plus ou moins facile, mais ça peut même ressembler à une bande dessinée: mes différentes parties du Moi font la conversation avec l’observateur intérieur. Ça donne du recul, de la légèreté à la situation.

    31. monique

      Wouha!! être sa meilleure amie! Quelle belle idée! Je ne pensais pas que l’on pouvait se donner de l’amour! j’en suis toute stupéfaite! la preuve c’est que j’ai lu comme titre « avoir confiance NE veut dire PAS DIRE être plus doux envers vous-même » et dans ma tête j’ai confirmé, en me disant que si je suis douce avec moi même je n’avancerais pas!! bon et bien dorénavant je vais me donner beaucoup beaucoup d’amour car je me suis suffisamment auto flageolé et que maintenant il faut faire rentrer le soleil dans mon coeur pour lui donner l’autorisation de vivre en harmonie avec moi même! Merci infiniment pour votre partage! une belle journée s’annonce! ;-)

    32. piotrowski

      Tous les jours, j’essaye d’imprimer dans mon fond intérieur toutes ces pensées positives. J’avoue avoir un peu de mal mais je pense qu’ il faut continuer car nous ne percevons pas tous de la mêmes façon.

      Je pense que pour certaines personnes cela est plus dur.

      C’est dur de chasser tout le négatif emmagasiner durant toute ces années.

    Laisser une réponse

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>