Comment un simple Hug a changé la vie d’un employé mexicain

  • Vous le savez certainement, je suis revenu des Etats-Unis il y a peu. J’ai vécu des moments formidables auprès de mon mentor Jack Canfield.

    Vous m’avez sans doute déjà entendu parler du HUG PROCESS : cette chose magique que Jack nous fait faire tous les matins.

    Un Hug, c’est prendre quelqu’un dans ses bras, une sorte de « câlins », ce mot français ne traduisant qu’imparfaitement c’est qu’est un HUG. Un Hug est un acte radical d’amour : entièrement désintéressé, sans aucune connotation sexuelle ou intérêt quelconque. Juste une envie d’offrir et de partager de l’Amour, de rayonner des ondes positives.

    Les bienfaits du HUG sur cet employé mexicain

    Le deuxième jour, alors que la douce musique associée au Hug Process commençait à dessiner le paysage sonore de la pièce du training, un employé de l’hôtel, chargé du nettoyage de la pièce et d’origine mexicaine, était là.

    Il avait déjà observé la veille ce curieux processus de personnes se prenant dans les bras pour échanger de la joie et de l’amour. Il était en retrait, près des portes de sorties de cette grande salle de training, affairé à nettoyer les tables et vider les poubelles.

    Et ce jour là, un des participants est allé vers lui, lui ouvrant ses bras pour lui proposer un Hug. A cet instant, cet employé mexicain âgé d’environ une quarantaine d’années, ouvrit ses bras à son tour et reçu son premier Hug. L’expérience l’a profondément marqué. Et transformé.

    Cela fut si fort pour lui qu’il s’effondra en larmes. Il n’avait probablement jamais reçu une telle marque d’attention.

    Les jours suivants, il est revenu à peu près à la même heure dans la salle pour profiter du Hug Process. Par la suite, dès qu’on le croisait dans les couloirs de l’hôtel (hors de la salle de training), il voulait son Hug. Il s’est même mis à faire des Hugs à ses collègues :-)

     

    HugProcess JackCanfield

    Et si vous adoptiez le HugProcess enseigné par Jack Canfield ?

    Ce que vous gagnerez en faisant des HUGS

    Virginia Satir, l’immense thérapeute américaine spécialisée dans les relations familiales ayant inspiré les créateurs de la PNL, a démontré l’importance fondamentale des HUGS comme outil thérapeutique. Elle disait que :

    « Nous avons besoin de 4 hugs par jour pour survivre, de 8 hugs par jour pour nous entretenir, de 12 hugs par jour pour notre épanouissement. »

    Nous sommes nombreux à manquer au quotidien de marques d’affection, de témoignages et d’attention bienveillante. Or, nous en avons besoin pour vivre.

    Plus que ça, nous en avons besoin pour survivre, tant physiquement que psychologiquement.

    Dans les années 60, des expériences ont été menées en Roumanie et en Tchécoslovaquie sur des nourrissons abandonnés ou orphelins. Lorsqu’ils étaient nourris, certains étaient pris dans les bras et nourris au biberon. D’autres, étaient laissés dans leur petits lits, et simplement alimentés au biberon, sans que les infirmières ne les touchent.

    Ces derniers présentaient ensuite des problèmes de développement au niveau de la colonne vertébrale. Il est maintenant bien avéré que le contact physique est absolument vital, non seulement pendant notre enfant, mais durant toute notre vie !

    Pensez-y : une main posée sur une épaule, un câlin, un compliment, un sourire : toutes ces petites choses sont gratuites et véhiculent une énergie de bienveillance permettant à ceux qui les reçoivent de se sentir mieux.

    Alors, à qui allez-vous faire un HUG aujourd’hui ? Qui allez-vous prendre dans vos bras ?

     

    13 commentaires

    1. Bonjour, encore merci de rappeler ces principes de base ! Je suis moi-même adepte des hugs, surtout depuis que j’ai passé une après-midi entière à en donner à des inconnus dans les rues de Toulouse (c’était parfois un peu dur car beaucoup les refusaient) ! Moi aussi, j’ai vu des personnes pleurer parce qu’elles manquaient d’amour. Personnellement, je suis célibataire depuis une dizaine d’années et je ne reçois pas beaucoup de câlins, mais j’ai appris qu’en donner, donner de l’amour aux autres, c’était aussi important que d’en recevoir, sinon plus. Je pense quand même qu’il faut savoir à qui on donne les câlins, il faut au moins que l’autre soit d’accord, c’est une évidence, sinon l’effet n’est pas le même dans les deux sens.
      Si je commence à me plaindre de ne pas recevoir de l’amour, ça me fait baisser mon énergie, donc, je CHOISIS d’avoir de l’amour à donner, même si je n’en reçois pas forcément, mais en général, j’en reçois en retour.
      Oui, la force de l’Amour est incommensurable. HUGS ! :-)

      • Merci pour ton témoignage chère Nadège, soeur de diffusion de HUGS :-)

        Oui je te rejoins complètement, il s’agit bien entendu d’avoir l’accord de l’autre avant, pour ne pas non plus le mettre mal à l’aise.

        Pour beaucoup de gens, il est tout à fait normal de se sentir inconfortable au départ par rapport aux Hugs, nous n’avons pas eu l’habitude de ces contacts.

        C’est un peu comme tout, en le faisant plusieurs fois, cela devient ensuite naturel : on devient même en manque de Hugs !

        Bravo pour ce choix que tu fais : choisir d’avoir de l’amour à donner, c’est tout à fait cela :-)

    2. Alors, pour ma part, je « hugh » sans arrêt… mais sans retour, j’ai l’impression de me faire « avoir comme au coin d’un bois »… A force, ça devient très désagréable… On a l’impression d’être un peu (beaucoup ?!) prise pour « une andouille », mais çà ne m’empêche pas de rester positive. Mais, d’après Boris CYRULNIK, je suis « un vilain canard », mais pour çà, y a rien à faire : à part continuer … et ne pas trop faire « de retour sur ce passé très destructeur »… Mais, ayant tant pleurer, reçus de coups (physiques et moraux) dans l’enfance, j’ai pris le parti de « compenser » en riant, en souriant et … aimant les autres, même ceux (et surtout eux ?!) qui ne m’aiment pas (ils ne savent pas ce qu’ils perdent…)… Voilà… à bientôt…

      • Bonjour Marie-Claire,

        C’est chouette que tu fasses régulièrement des Hugs ;-)
        Je comprends que tu puisses sentir parfois que c’est sans retour.
        Peut-être peux-tu te dire que lorsque tu échanges un Hug, vous êtes deux, donc nécessairement il y a un retour, puisque l’espace d’un instant l’autre personne te tient dans ses bras ?

        De mon côté, je trouve que si tu fais cet acte de donner de l’attention aux autres, tu es nécessairement dans une dynamique positive et contribuante, et je trouve ça très beau.

        Tu te fais du bien en choisissant de sourire et d’offrir de l’Amour, c’est important, un grand BRAVO à toi pour cela !

    3. Bonjour Grégory,

      Ah, le miracle de l’amour…
      Merci pour ce beau partage !

      Pour Marie-Claire et Nadège, j’ai envie de dire :
      « Rassurez-vous, l’amour que vous donnez est le seul qui vous reste. Plus vous en donnez et plus vous êtes riche ! »

      Cet exemple de l’employé mexicain me parle beaucoup. Au-delà des mots, au delà de la langue, nous pouvons donner, recevoir, être reçu, compris… C’est merveilleux, non ?

      Cher Greg, j’espère te croiser bientôt pour te faire un Hug revigorant, un de plus…

      J’imagine que tu as ton quota en ce moment, mais aucun surdosage n’est à craindre ! Et si certains hésitent encore à pratiquer le Hug dans la rue avec des inconnus (ce qui est mon cas), ils peuvent tenter la méthode CoPoBoVoMo, ça facilitera le 1er contact !

      La méthode CoPoBoVoMo, qu’est-ce que c’est ?
      Bonne question… et réponse dans l’article ci-dessous.

      A bientôt.

      Samuel

      • Coucou Sam,

        Effectivement, plus on donne, plus on est riche ! Car plus on reçoit :-)

        Quand tu veux cher Sam, pour un bon HUG ;-)

        C’est vrai que dans la rue, c’est un cap à passer. Avec une grosse pancarte et une bonne intention, je suis sûr que c’est expérience extra.

        A tenter bien sûr ! Mais avant cela, donner des Hugs autour de soi, à ses proches, ses amis, ses collègues (si c’est approprié) change déjà la vie !

        A bientôt,

        Grégory

    4. bonjour à Vous,

      le Hugh est un échange d’énergie (l’amour , c’est de l’énergie)…si on veut être accepté, il faut l’émaner sans rien attendre, vraiment donner; si une partie de nous souffre beaucoup, elle a besoin de recevoir ce hugh: quelqu’un qui sera « plus en forme que nous » pourra nous l’apporter, s’il en a envie…s’il est aussi « mal » et en vide d’énergie, il est possible qu’il évite l’échange.
      dans notre société, ce type de contact n’est pas coutumier et peut choquer…Venant des îles tropicales où j’ai longtemps vécu, où le contact est évident et naturel, j’ai été choquée par les sièges séparés d’espace sur les quais de métro de Paris! Ca change des taxis brousse où tout les monde se touche !! Nous sommes dans un monde de non contact!(on enseigne le peau à peau aux mamans avec leur bébé, tellement on s’est éloigné de la nature et de nos besoins vitaux)
      en tous cas, vive les hugh !et merci pour ce partage

      • Bonjour Marlène,

        Tu as parfaitement raison, faire un HUG, c’est échanger de l’énergie et il est important d’en avoir pour en donner.
        Bien sûr, il est possible de faire des hugs même quand on n’en a pas beaucoup, mais être en énergie haute permet de transmettre plus de vibrations positives.
        C’est d’ailleurs sans doute pour cela que l’expérience est si forte dans la salle de séminaire de Jack Canfield : tous les participants sont vraiment dans une dynamique positive, bienveillante et, les méditations qu’il nous fait faire juste avant nous plonge dans un état d’ouverture tout en stimulant notre niveau énergétique.

        Pour avoir passé pas mal de temps en Afrique, je comprends ce que tu dis sur le contact en France ! J’imagine combien la transition pour toi a du être peu évidente au départ.

        Oui, j’ai lu que maintenant, les sages-femmes prenaient (enfin !) le temps de laisser plus longtemps le bébé à leur maman à la naissance, en contact de peau à peau : le monde médical comprend de mieux en mieux combien cela est important.

        A très bientôt, et … HUG !

    5. Nathalie

      Bonjour à tous

      Moi ça me rappelle les chauds doudous et les froids piquants
      Pour ceux qui ne connaissent pas, je vous recommande ce conte magnifique pour les petits et les grands :  » Le conte chaud et doux des chaudoudoux » de Claude Steiner.
      A lire, et à vivre absolument !

      Plein de hugs

      Nathalie

    6. Salut,

      C’est un excellent article. Je ne connaissais pas cette méthode de Jack Canfield. D’ailleurs, il faut que je me procure son livre « Le succès selon Jack ».

      Justement, cela m’a fait penser à une vidéo de l’enseignant Tibétain Tenzin Wangyal Rinpoché qui disait que nous occidentaux, on faisait ne faisait pas suffisamment de VRAIS HUGS comme si on avait peur de se souiller.

    7. Bonsoir Greg,

      J’ai grandi sans hugs, ce qui ne veut pas dire sans amour, loin de là ! Mais dans ma famille, ce genre de chose ne se faisait pas. Il a fallu que ma mère tombe gravement malade, il y a trois ans et demi, pour que j’arrive enfin, un jour, à aller au-delà de mes réticences pour la prendre vraiment dans mes bras. Cela n’est pas arrivé souvent (on n’efface pas quarante ans de pudeur mal placée aussi facilement !) mais j’en garde un souvenir très fort.
      Maintenant qu’elle est morte, je perpétue ce geste avec mes enfants. Pour ma fille de 16 ans, cela s’est fait naturellement : elle est avide de câlins depuis toujours. Tout le contraire de mon fils, qui était plutôt du genre à fuir les contacts trop rapprochés. Je dis bien « était » car aujourd’hui, alors qu’il a 19 ans, s’il lève toujours les yeux au ciel quand je le prends dans mes bras, je sens bien qu’au fond il apprécie. Et nous échangeons de vrais hugs, qui rechargent nos batteries à fond :-)

      Florence

      • Coucou Florence,

        Merci pour ton témoignage.

        C’est très instructif de voir combien le contact physique avec ta mère est resté comme un souvenir fort.
        Le contact est tellement vital pour nous, c’est dommage de s’en priver, surtout avec notre famille proche.

        Comme tu dis, l’important est l’intention que tu as, et je suis sûr que ton fils, même en levant les yeux au ciel, reçoit ton amour.

        Les Hugs, c’est vraiment se brancher sur le courant de l’Amour et de l’énergie, c’est fou le bien que ça fait !!

        Vis un beau w-end !

        A tout bientôt.

        Grégory

    8. Mes proches disent de moi que je suis un bisounours, donc je comprends tout à fait le principe!

    Laisser une réponse

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>